Interview de Paolo Gianfrancesco, fondateur et président d’Aidbricks

Paolo Gianfrancesco est fondateur et président d’Aidbricks, une association italienne à but non lucratif qui utilise la blockchain pour un projet humanitaire et écologique en Afrique. Nous l’avons rencontré en novembre dernier au Malta Blockchain Summit et il a accepté de répondre à quelques questions, interview :

Paolo Gianfrancesco et Louise Valentina Bautista Gomez au Malta Blockchain Summit

LVBG – Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

PG – Je m’appelle Paolo Gianfrancesco, je suis la plupart du temps producteur de films en Italie. Parallèlement, depuis dix ans, j’ai créé quelques startups de logiciels et plus généralement dans le secteur des nouvelles technologies.

J’ai toujours eu une relation particulière avec l’Afrique, et il y a quelques années j’ai commencé à prendre part à des missions humanitaires. Pendant l’une d’elles au Burkina Faso, après avoir vu de mes yeux le désastre de la pollution due au plastique dans ce pays, j’ai décidé de faire quelque chose pour remédier au problème.

LVBG – Pouvez-vous nous présenter votre équipe ?

PG – Je suis le fondateur et président d’une association à but non lucratif, Aidbricks ODV. 

Cette association a été créée pour développer et implémenter le projet. Les membres et les associés ne sont pas seulement des personnes qui ont une expertise dans le mécénat et les œuvres de charité, ils ont également d’autres compétences cruciales au sein du projet.

Roberto Leonardi est le CEO de NoSilence, une importante agence d’évènementiel. Adriano De Arcangelis est un expert et professeur de webmarketing, avec de nombreux cours et séminaires à son actif dans le monde entier. Francesco De Maria est le président d’une mission humanitaire qui a porté le projet pilote au Burkina Faso.  

De plus, deux de nos autres membres sont respectivement CEO et directeurs de l’entreprise qui organise la Blockchain Week à Rome (Blockchain management).

LVBG – Pouvez-vous nous expliquer le projet ?

PG – Il faut d’abord présenter le contexte : la pollution due au plastique est un problème très important en Afrique. Les communautés locales ne sont pas prêtes à gérer les déchets plastiques qui envahissent leurs campagnes, réduisant leur capacité à produire de la nourriture. Aidbricks apporte donc une solution concrète à ce problème.

L’idée était de résoudre ces deux problèmes : le travail et la pollution en Afrique. Il s’agissait de trouver un modèle innovant d’aide humanitaire.

Tout est alors très simple même s’il l’on parle d’innovation, car notre technique ne requiert pas de machines ou de coût de départ.  Des femmes au foyer avec leurs enfants jusqu’aux personnes âgées qui ne sont plus en capacité de travailler… toutes ces personnes peuvent être impliquées dans le projet. En résumé : nous finançons les personnes qui collectent le plastique et le transforment en matériaux de construction. Nous créons ainsi un nouveau modèle d’aide humanitaire car la donation n’est plus générique mais elle va directement à ceux qui en ont le plus besoin. 

Nous mêlons l’écologie, la solidarité et les nouvelles techniques de construction. L’idée n’est plus seulement de protéger l’environnement mais également d’offrir un complément de revenu aux communautés locales, transformant un problème majeur en opportunité. Les briques de plastique ont en effet plusieurs propriétés. Elles sont isolantes parce qu’elles sont faite de milliers de couches, capables de protéger du froid et de la chaleur, et de surcroît recyclables, contrairement aux briques normales. Si le bâtiment venait à être détruit, ces briques seraient parfaitement réutilisables pour construire de nouvelles structures.

Le modèle, déjà testé lors d’un test pilote à petite échelle, permet donc aux communautés de collecter la majorité des déchets plastiques et de le convertir en produits alimentaires et plus généralement de première nécessité. C’est ainsi, qu’en mélangeant la sensibilisation, les dons et de l’expertise, nous avons réussi à créer ce que nous appelons les Ecobricks. La blockchain apporte ici de la transparence à ce modèle, permettant aux donateurs d’avoir un feedback concret de leur générosité.

Notre modèle de mécénat est très original, nous collectons les donations en vendant un simple magnet de frigo. Ce magnet a une valeur précise, entre 10 à 80 euros chacun. Sur ces magnets sont imprimés les photos de vrais enfants du village où a été implémenté le projet, ainsi que le véritable impact de la donation en terme d’équivalent moyen salaire/ jour travaillé, volume de riz correspondant et de plastique retiré de la pollution environnementale, et donc pour finir de quantité d’Ecobrick produite. 

Au dos du magnet, vous pouvez trouver un QR code spécifique pour accéder au système basé sur la blockchain qui permet de recevoir le reçu officiel.

LVBG – Quel est plus votre grande fierté depuis le lancement du projet ?

PG – En termes d’impact positif sur la population locale, nous n’avons pas seulement changé le revenu de plusieurs personnes, mais nous avons également apporté une sensibilisation au comportement écologique sur le fait que les déchets ne sont plus jetés mais collectés et recyclés en Ecobricks.

Depuis le début du projet, on peut très nettement voir la différence autour des maisons des personnes impliquées : il n’y a plus aucun déchet plastique.

En ce qui concerne les prix et autres distinctions, nous avons remporté l’award du projet le plus éthique de la « Blockchain Week 2019 » (BCWR 2019 édition), et une reconnaissance du Malta Blockchain Summit qui nous a invités en nous allouant gratuitement un espace dans leur salon.

LVBG – Quel est le profil de votre donateur moyen?

PG – Nous sommes en phase initiale du projet, et nous travaillons dur sur le process, nous avons donc pour l’instant limité notre mécénat à l’Italie.

Nous sommes invités dans plusieurs évènements, où après un discours, nous vendons nos magnets. Nous avons également une section e-commerce sur notre site internet qui nous permet de vendre nos magnets en ligne. 

Notre donateur moyen est une personne qui se préoccupe de l’environnement et qui en même temps et très sensible à l’humanitaire et aux problèmes qui affectent la population Sub-saharienne en Afrique.

LVBG – Est-ce que les français peuvent commander vos magnets en ligne ?

PG – Bien sûr qu’ils le peuvent ! Il est possible de les acheter en ligne. Pour le moment, nous n’avons pas de livraison internationale automatisée. Cependant, il n’y a aucun problème si après paiement vous nous envoyez un message à notre équipe en écrivant votre nom et adresse. Nous serons heureux de mettre en place la livraison nous-mêmes.

LVBG – Quels sont vos objectifs à cinq ans ?

PG – Notre feuille de route est de s’agrandir avec de nouvelles implémentations du projet dans d’autres localités. Plusieurs ONGs souhaitent s’impliquer pour aider les populations locales à améliorer leur quotidien dans un environnement propre, nous voulons leur donner gratuitement toutes les guidelines, tutoriaux et assistance, et elles peuvent aussi accéder à notre plateforme de gestion du projet.  

D’un autre côté, nous pensons grandir grâce à des partenariats avec d’autres associations à but non lucratifs qui lèvent des fonds et des missions humanitaires qui agissent localement, le tout avec notre plateforme de gestion. Cette plateforme est d’ailleurs développée en continu, et je tiens à remercier nos développeurs bénévoles qui participent activement à notre cause.

CFC – inside :

LVBG – Avez-vous personnellement des cryptomonnaies ? Laquelle est votre préférée ?

PG – J’ai principalement des bitcoins. N’étant pas un expert en trading, je préfère l’approche long-terme (hold). Je suis certain qu’à long terme le bitcoin sera un excellent investissement ! J’ai également des tokens issus des ICOs réalisées par mes amis.

Propos recueillis pour le CFC par Louise Valentina Bautista Gomez (LVBG) en février 2020.

Pour aller plus loin :

Vidéo de présentation officielle

https://vimeo.com/3456585955

Site e-commerce

https://www.aidbricks.org/product-category/magneti

Page Facebook

https://www.facebook.com/aidbricks

Sur le terrain

Production Tutorial French

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *